La grossesse et moi, ça fait deux

Je suis maman de deux enfants. Et aucune de mes deux grossesses n’a été sereine et pleine de bonheur comme certaines mamans le racontent. Comme je te l’ai déjà dit, j’ai peur d’absolument tout depuis que je suis maman (si tu n’étais pas au courant, il faut que tu ailles faire une mise à jour par ici.) Au point où je pense que mon cerveau entier est une angoisse. Bref

Du coup, déjà basiquement, l’annonce de chaque grossesse = angoisse de la fausse couche. Comme sûrement 95 % des femmes enceintes tu me diras. Mais en plus de cette peur obsessionnelle là, j’ai eu d’autres tracas à me faire pour chaque grossesse.

Première grossesse : le cytomégalovirus (CMV)

grossesse

On sait pas bien dire si ce mot est drôle ou effrayant. Mais crois-moi qu’avec l’appel que j’ai eu, j’ai très vite compris que c’était effrayant. Et la gynécologue qui me l’a annoncé au téléphone n’y a pas été de main morte non plus. 

Pour l’histoire si jamais tu ne sais pas ce qu’est le CMV : c’est une infection qui peut provoquer des lésions graves au foetus. Et mon ami Wikipédia m’informe que c’est l’infection foetale congénitale la plus fréquente dans les pays industrialisés. Les risques de lésions sont plus importantes si le virus est contracté lors du premier trimestre. Dois-je te préciser quand est-ce que je l’ai contracté ? Bingo.

Entre une partie du corps médical qui me poussait à l’avortement, les informations beaucoup trop médicalisées, l’examen de dépistage qui comportait un risque de fausse couche, le suivi poussé,… Non, c’était pas la première grossesse de rêve quoi. J’en parlerai sûrement plus longuement dans un article. Parce que crois-moi, 38 semaines de doute, c’est long. 

Je tiens à préciser que Lucas est là, en bonne santé et qu’il pète le feu malgré cette saloperie. Qui au final, ne l’a pas atteint.  

Deuxième grossesse : diabète de grossesse

Entendre qu’on a le diabète de grossesse au téléphone (oui ils sont très téléphone pour les mauvaises nouvelles dans cet hôpital.), ça fou un coup. Le diabète est causé par le placenta qui sécrète une hormone responsable de l’insulino-résistance chez la maman. En gros, le truc qui tient ton bébé en vie te rend malade toi. Je ne vais à nouveau pas m’étaler et je pense en faire un article plus complet. Le genre d’article que j’aurai aimer trouver quand j’ai appris mon diabète. 

Concrètement, une fois le diabète diagnostiquée, c’est beaucoup d’informations en très peu de temps. Des habitudes à changer du tout au tout. un suivi médical extrêmement rapproché. Hebdomadaire en fait. Mon dossier a d’ailleurs été transféré à l’unité des grossesses à haut risque. Pour s’entendre annoncer très vite que la grossesse n’ira pas plus loin que 38 semaines. Naturellement ou provoqué. Encore une fois, dois-je te préciser ce qu’il s’est passé ? Bingo, provoquée

Grossesse

En plus de tout ça, l’angoisse était concernant la santé de la petite (macrosomie qui peuvent entrainer des mort in utero, la mort in utero basique, les hypoglycémies néonatale,…) mais aussi la mienne. J’étais à un stade où je devais prendre une certaine dose d’insuline mais en même temps elle était trop élevée car je faisais des malaises. J’en était réduite à devoir manger une cracotte ou un fruit toutes les heures de la journée. Et je n’osais rien faire qui était plus qu’un effort de marche de peur de tourner de l’oeil.

Je précise ici aussi qu’Aria va très bien. Elle a eu un peu de mal le premier jour et faisait des hypoglycémie mais tout est rentré dans l’ordre.  

Après tout ça, tu miserais sur quoi pour la troisième grossesse ?

Trêve de plaisanterie. Voilà pourquoi aujourd’hui, je pense pouvoir assurer que non, la grossesse et moi, nous ne sommes pas copine. Que l’univers n’a pas l’air d’être ok avec le fait que je sois enceinte. Et que non, je n’aurai très probablement pas de troisième enfant.

pinterest
N'oublie pas d'épingler cette photo sur Pinterest si tu veux retrouver l'article !
2 commentaires Ajoutez les votres
  1. Merci pour ce beau témoignage empreint de franchise qui permet de mettre le doigt sur le fait que tout n’est pas rose dans la grossesse mais heureusement avec une belle résolution en ce qui te concerne. C’est très intéressant même pour celles qui ne sont pas mamans 😉😊

    1. Ah non c’est certain que tout n’est pas toujours rose et il faut en parler. Ce virus par exemple, je n’en avais jamais entendu parlé avant. Et le corps médical m’a dit de lui même que comme il n’y avait pas de traitement, autant ne pas en parler…. :/
      Merci de ton retour ! 🙂

Laisser un commentaire :